Publié par

Quand me feras-tu des cupcakes qui se mangent?

Saviez-vous qu’il existe des colorants faits spécialement pour la fabrication de bombes de bain?  Les couleurs sont vibrantes et en poudre, ce qui évite d’utiliser des colorants liquides.

Cette semaine, j’ai essayé deux nouvelles couleurs pour les cupcakes; le bleu et le orange.

Mini-cupcakes  

La poudre orange me faisait des grands signes à travers son enveloppe. Cette couleur, mélangée à toutes les poudres donne non pas un orange vibrant, mais il s’apparente beaucoup plus à la couleur d’une pêche. La fragrance était toute choisie.

Pour le cupcake bleu, je lui ai donné une fragrance de smoothie aux fraises, question de rester dans la saison.

Un ajustement à ma technique de décoration et maintenant tous mes cupcakes ont l’air de sortir d’une pâtisserie.

Est-ce que vous vous sentez observés?

Mon conjoint  m’a bien fait comprendre cette semaine que je vais devoir faire des “vrais” cupcakes (ceux qui se mangent). Il souffre de voir toutes ces belles créations sans pouvoir en manger. Qui sait, je vais peut-être trouver la recette idéale…

Au plaisir de vous voir au marché ce samedi.

Publié par

Effet “Cupcake”

Quelle est la tendance actuellement?

Je vous le donne en mille, (bien sûr le titre à vendu la mèche): les cupcakes.

Dans le monde des cosmétiques faits maisons, cela signifie deux choses: Savons et Bombes de bain en forme de cupcakes.

Bombes de bain (Cupcakes) à la vanille

Pour ceux qui comme moi il y a 5 ans, ne sont pas familiers avec le terme “bombe de bain”, c’est simplement de poudres mélangées ensemble et moulées que l’on mets dans l’eau du bain. Les bombes ont un effet effervescent et parfois moussant.

Avec les enfants, c’est fantastique. Il n’y en a pas un qui reste indifférent.

J’ai donc voulu tester l’effet cupcake à ma dernière présence au marché public. J’ai fait deux recettes de bombes de bains, une à la vanille et l’autre à la tarte au citron meringuée. Deux formats, petits et gros. Pour savoir quelle recette utiliser, je vous suggère celle d’Ariane, une artiste savonnière des Iles de la Madeleine qui a produit une série de vidéos sur le sujet.

Quant à mon expérience, elle fut des plus concluantes; à la fin de la journée, tous les cupcakes avaient disparus.

J’aimerais bien pouvoir identifier quelle sera la nouvelle tendance, et surfer sur cette vague mais même les scientifiques qui se sont penchés sur le sujet n’ont pu l’identifier. La preuve, depuis les 8 dernières années, il y a eu 57 nouveaux articles comestibles qui ont reçu le titre de ‘nouveau cupcake’ (texte en anglais). Rien encore n’égale cette tendance.

Pour voir mes deux recettes de cupcakes de la semaine, passez me voir au Marché public de Val-Bélair ce samedi (26 juillet) entre 9 et 13h.

Publié par

Soude et pâtisseries

Il y a quelques semaines, nous avons fait une petite virée à Montréal pour célébrer l’anniversaire d’un bon ami de mon conjoint, qui est devenu un de mes très bons amis.

J’en ai profité pour programmer un petit détour à la boutique Coop Coco. Anciennement Savon Populaire,  Coop Coco & Calendula est une coopérative offrant des matières premières cosmétiques.

Moi qui ai l’habitude d’acheter la plupart de mes fournitures en ligne, l’idée de pouvoir faire une petite visite dans une boutique ayant pignon sur rue spécialisé dans le cosmétique m’intéressait énormément.

Dès l’ouverture de la porte, je ne fus pas déçue; Les tablettes pleines de produits, les étiquettes sobres mais claires, le mélange de look vieil apothicaire et laboratoire “ultra propre” de la boutique m’ont métamorphosé en une petite fille qui visite un magasin de jouets quelques jours avant Noël.

Regardant d’abord, puis touchant par la suite, j’ai fait le tour des allées quatre fois, découvrant à chaque passage un nouvel item. Est-ce que je l’ajoute à ma liste? Bientôt, j’avais les mains pleines. Je remplissais les bras de mon conjoint. Après quelques minutes, nous avons dû nous délester sur un coin du comptoir. J’ai eu quelques difficultés à ne pas dépasser le budget alloué.

Puis vint le temps de passer à la caisse. C’était la première fois que j’ai pu utiliser l’argent des savons vendus pour payer des matières premières.

En sortant, nous avons fait un autre détour, juste au coin de la rue. Les odeurs alléchantes de pain chaud nous ont attirés. Avec toutes ces créations gourmandes qui nous entouraient, il nous fallait repartir avec un souvenir. Nous sommes donc sortis avec un sac de biscottis des plus succulents.  Il n’y a qu’à Montréal qu’on peut trouver ce genre de petites boutiques par et pour les passionnés.

J’y retournerai bientôt…