Publié le

Vendre des savons dans un événement d’envergure – cinquième partie, l’événement

Dans ce cinquième d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, mais toujours en lien avec le coeur du message.

Cinquième partie, l’événement

12 jours. Le plus gros événement que j’ai eu la chance de vivre, à date, dure 12 jours.

12 jours! La première idée, c’est que ça peut être difficile, voir stressant. Très stressant même. Surtout quand on travaille à temps plein en même temps.

Par contre, une fois tout en place, c’est souvent très excitant. Juste en voyant la différence du kiosque le jour et en soirée..

Le kiosque de jour, avec le soleil qui entre à pleine porte.
Le kiosque en soirée, avec toute l’ambiance feutrée que nous avions imaginée.

 

Une fois installé, on constate que chaque jour amène son lot de surprises.

Il y a deux ans, un couple d’amis du primaire que je n’avais pas revu depuis mon entrée au secondaire sont passés devant mon kiosque.  Ils étaient ensemble depuis cette époque et vivent heureux avec leurs deux enfants.

Parfois, il arrive que des  collègues de mon travail passent et me reconnaissent. Le regard qu’ils me lancent! Je leur dis qu’ils connaissent maintenant mon identité secrète.

C’est aussi voir les gens qui viennent spécialement pour nous voir, comme M. Jérôme qui cherche mon kiosque aux différents événement et le dévalise à chaque fois qu’il me croise (Merci M. Jérôme!).

Je me souviens aussi des trois sœurs venues à deux reprises l’an dernier et qui sont arrivée à mon kiosque un beau samedi après-midi avec le sourire aux lèvres et beaucoup d’histoires à me raconter! Ensuite, la belle dame rousse et sa minuscule fille me regardant avec de grands yeux sérieux lorsqu’elle me chuchote qu’elle aime mes produits! La toute petite puce passée en coup de vent devant le kiosque en prenant la peine de me crier du haut de ses trois pieds: C’est très beau ce que vous faites madame!

Au moment d’écrire ces lignes, j’en ai les larmes aux yeux.

Pendant tout ce temps, Nausica surveille…

Il y a les amis de longues dates (vous vous reconnaissez amis du Carnaval?) , passés là par hasard, contents de me revoir (c’est réciproque), accompagnés de leur progéniture qui parfois les dépasse alors que lorsque je les ai connus, j’aurai pu les bercer…

Toutes ces personnes, incluant celles que j’oublie en ce moment, sont la base de mon énergie. Le ciment qui me lie à cette passion les jours où j’ai envie de tout laisser tomber.

Il y a aussi ceux qui sont là pour tenir le kiosque. Volontaires, heureux d’être là,  Ils sont à l’heure, enthousiastes, souriants, ils veulent autant que vous. Moi qui a eu besoin de l’aide de plusieurs personnes cette année, j’ai trouvé ça réconfortant de pouvoir leur faire confiance. Je ne les ai pas tous en photo, mais je vous remercie tous. Un énorme merci d’abord à ma soeur Lucie, puis à Diane B, Lynda B., Linda J., Lynda R, Linda V. et son fils Alex,  Anne D..

Linda, venue aider pendant une belle soirée d’été.
Nataniel, mon filleul, venu donner un bon coup de main pour la deuxième année.
Lynda, ayant fait le chemin depuis Montréal pour venir passer le week-end avec nous. J’ai déjà hâte à l’été prochain!

 

Si on a un peu de chance, sur les médias sociaux, on va parler de nous. Moi qui ne suis pas vraiment chanceuse de nature (je pourrais écrire plus d’un article de blogue juste à ce sujet), j’ai quand même eu un petit coucou de la part de Laurie-Katheryn, de la Fabrique Crépue. J’étais au travail lorsque je suis tombée sur l’article. J’ai du aller faire un tour dans les couloirs pour cacher mes larmes, tellement j’étais émue!

Ces journées sont pleines de rebondissements; il y a de longs moments d’attente ou des heures passant comme des minutes. Le bonheur se trouve dans ces petits moments, lorsque notre passion prends vie dans l’imaginaire des autres.

Cette année, nous étions aussi aux Fêtes de la Nouvelle-France. Une expérience hors du commun par son voyage dans le temps immédiat et la drôle d’impression d’être en lien avec les générations précédentes.

Les moments où l’on vit toutes ces petits retours dans le passé ou ces projections dans le futur. Ces soupirs de soulagement que l’on pousse en constatant le bonheur de ceux qui nous sont chers et que le hasard à recroisé devant nous.

Cette excitation et ces moments de vie intense surpassent et de loin tout le stress vécu avant l’événement. En écrivant ces lignes je constate toute l’expérience se rajoutant à  ma ligne de vie et je ne peux croire à cette chance d’avoir une passion qui me pousse à me dépasser.

La collection étincelante, fer de lance de ma créativité avec le savon, ou comment laisser libre cours à son côté créatif.

Je vous souhaite sincèrement de vivre ce genre de moments. C’est au moment ou l’on sort de sa zone de confort que l’on vit réellement.

Le prochain article parlera du démontage. Car une fois ces belles journées passées, il faut tout remballer et retourner chez soi.

Publié le

Vendre des savons dans un événement d’envergure – quatrième partie, le montage

Dans ce quatrième d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, mais toujours en lien avec le coeur du message.

Quatrième partie, le montage

Le montage est le moment ou tout ce que nous avions imaginé prends enfin forme. C’est aussi le moment qui nous permet de vérifier s’il nous manque quelque chose… ou pas.

Lors d’un grand événement, il y a plus d’une personne qui se présente pour décharger. Il faut donc prendre rendez-vous. Nous avons donc prévu d’avance le moment précis ou l’on va se présenter avec tout pour l’amener à son kiosque… et le monter.

Le déchargement doit aussi se faire dans une durée prévue. Nous avons généralement 30 minutes pour décharger et quitter le quai de débarquement. Cette année, mon père est venu nous aider. Nous avions besoin de bras et aussi de son camion. Il était content de vivre cette expérience avec nous. En 5 minutes, les véhicules étaient vidés et partis.

Le kiosque était situé dans une allée de côté, nous étions tout près du débarcadère. Nous avions donc directement accès. L’an dernier, nous étions dans une allée centrale. Nous devions décharger, faire le tour des allées, amener lentement nos boites et autres items jusqu’au kiosque. J’ai appris de cette expérience et me suis procuré un petit chariot, parfait pour empiler et transporter rapidement les boites et autres items.

montage_thierry2
On monte les étagères, après avoir installé et fixé le tapis.
Montage-murs-et-eclairage2
On ajuste les meubles selon l’espace disponible
Montage-murs-et-eclairage_carre
Ensuite vient l’éclairage…

Une chose qu’il faut savoir lors du montage, c’est que le kiosque une fois monté se doit d’être fermé. Si vous voulez éviter des problèmes, rien ne doit être laissé à la vue. Je suggère une très longue nappe opaque (ma nappe noire a une longueur de 14 pieds) et des pinces pour la faire tenir sur les murs. Cette nappe a été précieuse tout au long des deux événements, mais elle sert aussi pour recouvrir les autres kiosques tenus durant l’année.

Montage-produits
Installation des produits sur les tablettes. Nous sommes à quelques heures de l’ouverture.

Non pas que nous ne faisons pas confiance aux gens autour; loin de là. Par contre, si ce n’est pas à la vue, ce n’est pas une tentation. Et même si les sites sont fermés avant l’ouverture, il y a beaucoup de circulation. Il y a aussi l’idée de faire la surprise de dévoiler le kiosque une fois qu’il est terminé seulement lorsque l’événement est commencé.

montage2016_sans_voisins
Ajustement des lumières, kiosque 2016. Notez que les voisins ne sont pas encore arrivés.
montage2016-ajuster-eclairage
Ajustement des lumières, vue de côté. C’est pratique lorsqu’on est grand.

 

Et voici le look du kiosque 2016 après montage des meubles et de l’espace seulement (environ 1 heure après le déchargement).

montage2016
Il ne manque que les produits.

Commencez-vous à sentir l’excitation?

Prochaine étape, l’événement. Ou comment faire un marathon d’heures d’ouvertures durant un grand événement.

Publié le

Vendre des savons dans un événement d’envergure – troisième partie, la logistique

Dans ce troisième d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, mais toujours en lien avec le coeur du message.

Troisième partie, la logistique

Une des définitions du Larousse pour le mot logistique est la suivante:

… Ensemble de méthodes et de moyens relatifs à l’organisation d’un service, d’une entreprise, etc., et comprenant les manutentions, les transports, les conditionnements et parfois les approvisionnements…

On ne se le cache pas, c’est un vrai casse-tête. Tous les morceaux doivent se placer dans le bon ordre. Et puisqu’il s’agissait de ma première présence pour une si longue période il a fallu planifier beaucoup de détails. Ainsi, la logistique incluait tous les éléments suivants:

Organisation physique du kiosque

La première fois, on part avec une idée. Il n’y a rien de concret, sauf le produit à vendre. De plus, l’organisation nous demande un plan, question de déterminer si notre idée ne dépassera pas certaines limites. Ce plan permet de se poser quelques questions. La plus importante question à se poser:

Comment remplit-on un espace de 5 pieds par 10 pieds afin d’y vendre des savons?

Première réponse: Il faut beaucoup de surfaces. Nous avons donc pensé à des étagères.

etageres_surfaces_idee-base
Il y avait justement de magnifiques étagères en verre devinez où!

Par la suite, les autres éléments apparaissent plus clairement:

  • Éclairage
  • Identification visuelle de la compagnie
    identite-visuelle-kiosque
    Identité visuelle – Évidemment avec le logo
  • Un espace pour les employés
  • Un endroit pour effectuer les transactions
  • Du rangement

Sans oublier le tapis sur le plancher.

Transports et installation:

L’organisation entre en contact avec nous afin de prendre rendez-vous pour la livraison des biens et matériels. Pour ma part, j’ai loué les “murs” et livré les éléments en une seule fois, le dimanche après-midi avant le début de l’événement. Pour le transport des bibliothèques, des meubles et autres éléments, j’avais un camion, prêté par mon père.

À l’heure du rendez-vous, nous sommes allés nous stationner à l’entrée de la tente. Nous avons pu décharger tranquillement et sans rien briser. Lorsque les tablettes sont en verre, c’est presque un luxe!

Cette partie sera couverte plus en détails dans le quatrième article sur le montage du kiosque.

Présence sur place lorsque le kiosque est ouvert

Il faut avoir quelqu’un sur place à toutes les heures de tous les jours. 12 jours, 11 heures par jour, soit plus de 130 heures d’ouvertures, incluant 2 week-ends.

Comment fait-on pour avoir quelqu’un, sur place pour vendre, alors que durant ces deux semaines, on travaille à temps plein?

Sans rire. Ce fut presque un tour de force.

Il faut de l’aide.

Pour ma part, j’ai eu énormément de chance d’avoir une soeur ayant des disponibilités. Elle était présente tous les jours de semaine, pour assurer l’ouverture du kiosque et la transition avec la personne suivante.

Ensuite, entre son départ et mon arrivé, nous avons eu l’aide de différentes personnes. Ma belle-soeur, une étudiante du secondaire et plusieurs amies. Le dernier jour, mon filleul est venu porter secours pour la vente et le démontage.

Les vendredis et la fin de semaine, je prenais place dans mon kiosque. À moins que la chance m’amène quelqu’un pour me remplacer. Ce qui est toujours apprécié.

Approvisionnements

Évidemment, il faut des produits. L’organisation était très claire sur le sujet. Il fallait vendre uniquement des savons fait selon la méthode Cold process. Pas question de savon glycérinés. Pas d’autres produits. Que. Des. Savons.

Donc, j’en ai fait.

montage-marmite-savons-2015
Il y a 5 recettes différentes là-dedans. Saurez-vous reconnaître le produit final?

Deux fois plutôt qu’une.

COLLAGE-savons-dans-les-moules
Savon surprise à l’intérieur, Zeste d’orange, BigMa, Cupcakes, Lavande, Bacon et pains de savons variés.

Une fois que les gens arrivent au kiosque, qu’ils rencontrent la personne sur place, qu’ils aiment et admirent les produits et finalement les achètent, dans quoi doit-on mettre les achats?

Dans des sacs évidemment.

Après réflexion,  je n’aimais pas l’idée du sac en plastique, ne serais-ce que pour son effet sur l’environnement à long terme.

empaquetage-sacs
Sacs en plastiques de divers formats et couleurs.

 

empaquetage2
Des boites à cupcakes?
empaquetage-paniers
Des paniers?

 

 

 

 

 

 

 

J’ai opté pour des sacs en papier de divers formats. Mais entre vous et moi, ce n’est pas les choix qui ont manqués en matière d’étalage ou d’empaquetage…

J’ai eu beaucoup d’aide, j’ai travaillé des semaines de fous, mais une fois la production faite, étiquetée, que l’horaire est monté nous arrivons à la prochaine partie, le montage… À suivre donc, dans le prochain article.

Mais dites-moi, quel aspect de la logistique vous intéresse le plus?

Publié le

Tous les détails de mon identité secrète

Au fait c’est vrai, je n’ai jamais abordé cet aspect de ma vie de savonnière, sommes toutes important; j’occupe un emploi à temps plein en plus d’être savonnière.Plein_art_2015-début_3

Dans ce que je nomme « la vraie vie » j’occupe un emploi de professionnelle au gouvernement du Québec. Mon titre actuel: Analyste en statistiques et données de gestion.

Vous aimeriez plus de détails sur ce que ça signifie, écrivez moi dans les commentaires.

Le plus drôle est lorsque mes collègues de travail ou ancien collègues me croisent lorsque je suis dans un salon. Je leur dit alors: Voilà, vous connaissez maintenant mon identité secrète.

Plus les mois passent et moins j’ai envie qu’elle demeure secrète cette identité.

J’en parle parce que ce type de double vie devient de moins en moins  spéciale. Elle est de moins en moins unique.

Dans les faits,  je suis dans une situation ou, du lundi au vendredi durant les heures de bureau, j’exerce mon métier principal. Puis, les soirs et fins de semaine, j’en fais un autre.

Lors d’une de mes récentes entrée de blogue sur ce qui m’inspire, je vous ai brièvement parlé de Donna Maria.

Elle offre une série d’article sur la transition entre être employé et entrepreneur.

Pour ma part, j’ai le goût de vous partager certains aspects de cette réalité qui est la mienne, et aussi celle de plusieurs personnes.

L’horaire

Le premier aspect qui me vient en tête: l’horaire. Les jours de semaine, il est difficile d’être disponible. Je suis devant mon ordinateur de travail ou en réunion. Je programme. J’analyse. Je gagne ma vie. Lorsque vient l’heure du break (un 15 minutes qui disparaît rapidement), je réponds à un courriel, je fais un téléphone, je prends un rendez-vous, pour l’autre travail.

documentation2
Toute la documentation, juste pour cette année.

Je place le plus possible mes autres rendez-vous d’affaires avant ou après le travail, sur l’heure du midi ou le week-end. Je regarde les vidéos sur les techniques de marbrage ou les bombes de bain, durant mes trajets en autobus. Je lis sur les propriétés des huiles essentielles en attendant l’autobus le matin. On remplit tous les trous que l’on peut.

documentation
Le dernier livre de la Soap Queen Anne-Marie Faiola. Une bible de recettes, d’idées et les photos sont magnifiques.

 

La partage des tâches

Les week-ends ou je suis en sortie, c’est mon conjoint qui assure. Les repas, le ménage et tout le reste. Non pas que je suis seule à le faire. Mais à deux ça avance souvent plus rapidement.

Certains soirs aussi, lorsque je prépare des commandes. Les jours ou je suis engouffrée dans mon atelier, ou devant l’ordinateur. Il doit prendre la relève. Nous avons même mis les enfants à contribution, lorsqu’ils sont avec nous.

Les sacrifices (car il y en a)

Le premier qui me vient à l’esprit, c’est l’heure du midi avec mes collègues. Je prends l’heure du midi pour régler les détails des événements à venir, attacher les ficelles, passer les commandes, préparer la production. Je sens parfois que ce choix me fais perdre des moments pouvant me permettre de me rapprocher mes collègues. Ce n’est pas toujours facile.

Le temps libre disparaît parfois à vue d’œil.

temps-de-repos
Prendre du bon temps… Lorsque c’est possible.

Si toutes les minutes d’arrêt lors ma journée de travail sont consacrées à ma compagnie, le reste du temps (en soustrayant celui passé en famille avec mes beaux-enfants, les obligations familiales et quelques rares exceptions) est lui aussi, tournée vers cette compagnie. Vers vous.

Ce qui signifie que parfois, certaines invitations sont refusées. Quelques fois. Plusieurs fois. De plus en plus souvent. Régulièrement.

Mes amies ont compris, elles viennent me voir lors de mes sorties (elles sont exceptionnelles en passant. Les amies (oh, les sorties aussi ;)). Certaines me rassurent en me disant qu’elles sont des amies nécessitant peu de maintenance. Lorsque l’on se voit, que ce soit une fois par an ou une fois par mois, c’est toujours du temps de qualité.

Le plus difficile, ce sont les projets importants qui sont mis un peu en plan. Moi qui a beaucoup voyagé auparavant, je ressens de nouveau l’appel des grands espaces et des contrées lointaines. L’Australie m’appelle depuis des décennies maintenant. Malheureusement, pour le moment, mon budget, lui, me ramène à l’ordre.

L’espace vide disparaît aussi dans la maison. Parfois c’est encombré. Il arrive à quelques jours d’un événement que l’on cherche la couleur originale des meubles, des murs ou des planchers.

Espace3
Est-ce un divan, ou un espace de rangement?

 

Un bon côté: Les défis

Plein Art, l’an dernier (et cette année), je l’ai fait pour le défi. Je n’avais pas idée de ce que ça demanderait. Nous avons planifié, discuté, organisé, essayé et … aimé ça.

Espace
Un exemple des bouteilles de fragrances et de colorants utilisés l’an dernier pour préparer l’inventaire de Plein Art.

Cette année, on double le défi avec les Fêtes de la Nouvelle-France.

Je crois que je deviens accro à ce genre de défi.

Les bons moments

Trouver un nouveau client, croiser une cliente qui nous dit: “Regarde comme ma peau est belle! C’est grâce à tes produits!”

Avoir une amie qui me confie: “Moi qui était totalement accro aux gel de douche, je ne peux plus me passer de tes savons”.

Tomber sur ce petit mot en arrivant à mon kiosque un matin..

petit-mot-de-penelope
Une belle attention qui m’attendait dans mon kiosque l’an dernier.

Un des beaux moments de l’année 2015 : La fin de l’événement Plein Art .

Saviez-vous que lorsque la voix dans les hauts-parleurs annonce : “Ceci est la fin de l’événement artistique à Québec”, tous les exposants/artisans applaudissent spontanément?

C’est un moment unique de bonheur, d’estime de soi et d’accomplissement personnel. J’en ai des frissons juste à y repenser.

Ce sont des moments comme ça que je retire l’essence de mon énergie.

Maintenant que vous connaissez mon identité secrète, je vous invite à me partager la vôtre.

identite-secrete2
Non je ne sors pas du placard. J’aime la photo un point c’est tout.

Quelle est votre identité secrète?

Lecture de la semaine:

Je vous laisse avec le premier article de la série de Donna Maria sur la transition d’employé à entrepreneur.

12 Steps to Transitioning From Employee to Entrepreneur: Step 1: Decide what you want your life to look like

Publié le

Relaxer dans un fauteuil – mon expérience

Lors d’une récente journée de congé, je me suis retrouvée de nouveau dans un des plus bel endroit du Complexe Lebourgneuf, l’Espace Relaxation.

Je dis de nouveau, parce que la première fois ou j’ai mis les pieds dans le local, c’était pour une rencontre appelée Plongez! avec Marie-Line Jean. Une soirée ou elle nous raconte son passage d’employée à entrepreneure.

L’espace

Dès mon arrivée, je fus impressionnée par l’ambiance calme et le décor épuré du hall d’entrée tout en blanc. Durant ces premières secondes, nous sommes transporté dans un autre monde, un autre état d’esprit. On a le goût de sourire, de se laisser aller à être positif et heureux.

Pour cette soirée, Marie-Line nous a accueillie une à une, avec le sourire et la grâce qu’on lui connait. Une fois tous les participants arrivés, nous sommes passés dans la salle de conférence, de l’autre côté des deux grandes portes situées au centre du hall.

Cette fois-ci, ce sont les couleurs vertes, blanches et noires, qui sautent aux yeux. Au fond de la pièce, une murale représentant une forêt toute en vert en blanc et en brun nous rappelle un moment de bonheur et de détente passé dans le bois. On peut se perdre longtemps devant cette murale, à contempler.

Nous nous sommes installés et la rencontre a pu commencer.

Marie-Line

Tous ceux qui partent en affaire ou envisagent de le faire se retrouvent souvent devant des tonnes questions et des moments incertitudes. J’avais déjà rencontré Marie-Line afin de l’interroger sur son cheminement de carrière. Marie-Line est magasineuse professionnelle, un métier peu connu, mais combien utile. Cette rencontre est une soirée de groupe, en face à face avec Marie-Line. Elle se passe toute en sourire et en bons moments.

Dans cette même salle, on retrouve 4 grands fauteuils à l’allure imposante. Le contexte de la soirée ne permettait pas vraiment d’en savoir plus sur ceux-ci. J’ai quitté la rencontre avec beaucoup de réponses mais je demeurais intriguée par ces fauteuils.

Espace_relax_intérieur
La salle de conférence. On y voit à l’arrière, les intrigants fauteuils.

L’expérience

Le hasard d’une journée de congé nous y ont conduits, une amie et moi.

Toujours la même ambiance de calme dès l’entrée.

Cette fois-ci, j’y étais pour la détente et, vous l’avez deviné, afin d’en savoir plus (et enfin essayer) un des fauteuils!

Ainsi, il y en a deux types:

  • le Jade et sa position zéro gravité
  • le Sogno et son massage avec chaleur

Toutes les explications nécessaires vous sont fournies si vous ne connaissez pas ce type de massage. Vous avez plusieurs choix d’options, adaptés à vos besoins.

Dans mon cas, j’ai pris le Sogno avec chaleur.

Je ne fus pas déçue.

La relaxation

Lorsque finalement, on entre dans la salle de relaxation, qu’on s’incruste dans le fauteuil avec une couverture chaude sur le corps et que le cycle démarre..

… C’est. Du. Pur. Bonheur.

Je vous explique: j’ai déjà eu des séances de massage. J’y vais le plus souvent possible. J’aime la détente qu’un massage me procure. Sentir que certains points de pression et de stress disparaissent, laissant la place à la détente.

Dans un fauteuil, on dirait qu’il y à non pas deux, mais 8-10 mains. Toutes vouées à un seul objectif: notre détente.

Le fauteuil soulève, masse, réchauffe, ajoute ou enlève de la pression, rabote (les pieds) masse de nouveau, et j’en passe. Chaque partie du corps obtient sa part d’attention, de massage, de roulement. J’en soupirais d’aise.

Le plus beau de tout, ça dure pendant 30 minutes!!!

Pendant que je vivais ces moments de bonheur (en passant, nous avons toujours nos vêtements sur le dos pendant la séance, tant de plaisir tout habillé!) je me disais que cet endroit était l’idéal pour les gens ayant besoin d’une période tampon entre les différents aspects de leur vie.

Cet endroit permet de se donner un espace pour soi, de relaxation, avant de faire face (et parfois affronter) le reste de notre journée, voire de notre semaine. On est mieux armé pour faire face à ce qui nous arrive.

Une fois mon 30 minutes passé, j’en voulais encore!

Spontanément, une fois la relaxation terminée, je suis allée m’asseoir sur les coussins de méditation, judicieusement placé devant la magnifique murale. Pendant quelques minutes de plus, j’ai pu prendre soin de moi.

Une fois ressortie dans le hall tout blanc, mon sourire était immense.

Vous cherchez une façon de casser votre routine pour quelques minutes? Vous avez besoin de penser à vous mais votre horaire est serré?

Allez voir les services offerts sur le site, réservez directement en ligne (vous aurez même droit à un rappel par texto ou par courriel) et offrez-vous un moment de détendre.

Espace Relaxation: 825, boul. Lebourgneuf, local 113, Québec (Qc)  G2J 0B9

Cliquez sur les liens si vous désirez en savoir plus sur les rencontres avec Marie-Line Jean, ou sur les services qu’elle offre.

** Cet article a été écrit dans le but de vous faire connaître ces services. Il s’agit uniquement de mon opinion. Je désirais vous la partager. Je ne reçois aucune compensation en échange. Merci.