Publié le

Vendre des savons dans un événement d’envergure – deuxième partie, l’attente… l’organisation

Dans ce deuxième d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, mais toujours en lien avec le coeur du message.

Deuxième partie, l’organisation et l’attente…

Il y a une très grande part d’inconnu la première fois que l’on se prépare pour un événement de cette envergure. De mon point de vue, le plus difficile était de bien cerner, comprendre (et préparer) tous les aspects nécessaires. Parce qu’une fois que c’est commencé, c’est comme une pièce de théâtre, tu ne peux pas tout arrêter pour changer les détails sur le décor ou sur la performance des acteurs. The show must go on.

Il a fallu faire preuve d’imagination et se poser beaucoup de questions.

Les informations disponibles au départ: la grandeur du kiosque et l’obligation de ne vendre que des savons.

La grande question : Comment est-ce que l’on met en place tous les éléments permettant de faire un bel étalage de savons dans un emplacement de 5 pieds par 10 pieds?

Qu’est-ce que ça prends? On part avec quoi? On doit amener quoi?

De plus, l’organisation demandait de transmettre un plan du kiosque, le plus détaillé possible. Ce plan permettrait de déterminer si la disposition était en conformité avec la liste de réglementations, normes et procédures.

Nous avons écumé toutes les photos de kiosques des éditions précédentes, essayant d’avoir une idée de ce à quoi un kiosque pouvait et devait ressembler. Je dis ‘nous’ parce que j’ai eu la chance d’être accompagnée dans toute cette histoire par mon conjoint. Il m’a beaucoup aidé dans cette aventure.

photographe
Le conjoint en question, en pleine session de photographie.

Ensuite, direction les boutiques d’ameublement afin de trouver l’aménagement idéal.

Une fois l’aménagement trouvé, le tout commence à prendre forme un peu plus. On ajoute de l’éclairage, des accessoires, des pancartes, un petit endroit pour effectuer les transactions, et on a un kiosque. Un petit endroit dans une grande tente pour offrir aux visiteurs nos produits.

stand-nausica-plein-art-2015
Exemple du plan d’aménagement du kiosque – été 2015.

Tous ces préparatifs engendrent un état d’agitation constant. Et pourtant les mois avant l’événement semblent s’allonger comme les journées d’été. On a hâte de tester ce que l’on a préparé. L’attente parfois peut être longue.

Et il reste tant de chose à faire…

 

Publié le

Vendre des savons dans un événement d’envergure – Première partie, l’inscription

Dans ce premier d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, toujours en lien avec le coeur du message.

Première partie, l’inscription

Si on veut vendre dans des expositions en été, il faut se préparer dès janvier. L’an dernier, durant une nuit d’insomnie, j’ai écumé le web pour trouver les événements auxquels je pourrais participer pour vendre mes savons et autres produits.

Si vous êtes de la région de Québec (ou même des environs), une des grosses expositions estivale au Québec est Plein Art. L’événement, d’une durée de 12 jours a lieu sous des tentes tout près l’Espace 400 ième.

Si vous avez l’intention d’y participer, commencez à consulter leur manuel de l’exposant dès le mois de janvier. La condition principale est qu’il faut être conforme aux exigences des métiers d’arts.

Une fois cette validation faite, vous passez à l’inscription. Vous devez remplir un formulaire, payer la cotisation (elle était de 400$ en 2016) et transmettre le tout avant la date limite d’inscription.

Généralement, une semaine après la date limite d’inscription, vient le tirage au sort. Ce tirage vous permettra de choisir le kiosque que vous occuperez lors de l’événement. Bien évidemment, les premiers ont le choix meilleures places.Une fois celui-ci fait le résultat de notre ordre de sortie ainsi qu’une date et une plage d’heure d’appel nous est transmise par courriel. Un plan des kiosques disponible est fourni.

En 2015 je n’ai pas participé au tirage, celui-ci avait déjà eu lieu. J’ai reçu un appel au mois de mai, m’informant qu’un artisan avait dû quitter et qu’il restait un kiosque de libre pour moi, si je le voulais. J’ai sauté sur l’occasion.

PA-2015-pancarte
Pancarte créée pour l’édition 2015

En 2016, j’ai participé au tirage. Je suis arrivée 99ième sur une possibilité de 106. L’appel s’est produit jeudi dernier, le 10 mars.

Je vous avoue que la sélection a été très simple et que j’ai eu malgré tout un bel emplacement. Je connais maintenant le numéro du kiosque qui me sera assigné et dans quelle tente je me trouverai.Plein-Art-2015-kiosque-cote-1

L’aventure est de nouveau partie.

PA-2015-cupcake