Publié le

Comment s’y prendre pour demander de l’aide et l’obtenir

Les sites, groupes et forum sont un endroit parfait pour demander de l’aide et du soutien. Ils sont faits pour ça. Mais permettez-moi de mettre par écrit quelques petites règles non écrite afin de vous éviter quelques inconvénients ou mauvaises expériences. Car lorsque l’on demande de l’aide, on est en situation d’infériorité, on est fragile et vulnérable. Prendre quelques précautions peut éviter des situations difficiles, voire drastique sur notre estime de soi et notre motivation à aller plus loin.

Lorsque j’ai commencé à faire du savon, j’ai fait énormément de recherches AVANT de faire ma première recette. Il y avait un peu d’insécurité là-dedans, je l’admets. Je voulais aussi assembler tous les ingrédients et les outils nécessaires avant. En 2008, les ressources matérielles et les connaissances étaient (un peu) plus difficiles à trouver.

Finalement, je voulais faire cette première recette durant une journée de congé, question de pouvoir avoir assez de temps pour faire face à toute éventualité. Avec le recul, je me rends compte que j’ai pris la bonne décision, parce que cette première recette a mis plus de 4 heures à atteindre la trace.

Le lendemain de ce premier essai, le savon suintait son huile. J’étais terrorisée.

Je suis allée sur le forum poser une question. Presqu’immédiatement, j’ai eu une réponse. Je me suis sentie soutenue et rassurée. À un point tel que, loin d’être arrêtée par l’expérience négative, j’ai eu envie de recommencer.

Je n’ai pas arrêtée depuis. Je dois la suite de mes succès aux âmes charitables qui ont pris le temps de me répondre.

Ces règles proviennent de mon expérience personnelle à naviguer sur les différents sites et sur la documentation consultée à ce sujet. ***

Règle numéro 1 : Faites des recherches avant de poser votre question

Dans les groupes Facebook, il y a généralement des liens vers des fichiers d’informations partagées par les participants au site. Il est de plus possible, toujours sur les groupes Facebook de faire une recherche sur les sujets ayant déjà été abordés. Il en est de même dans les forums.

Je vous suggère fortement de faire une recherche des quelques mots clés pouvant résumer votre question à ces endroits plutôt que de tout simplement poser la question.

Il est normal que vous ayez énormément de questions. Les personnes en charge de gérer les sites, groupes et forum ont généralement une patience infinie lorsqu’il est temps d’aider tous les participants et plus particulièrement les nouveaux. Mais même si le sujet est nouveau pour vous, ayez la courtoisie de faire vos recherches avant de poser la question. Vous éviterez ainsi de vous faire dire :

–          « Tu aurais pu faire une recherche sur le sujet : xyz dans le groupe avant de poser ta question! »…

Je ne dis pas que cette situation risque de vous arriver aussitôt que vous poserez votre première question. Mais les médias sociaux et plus particulièrement les commentaires des autres peuvent nous faire mal lorsque pris personnellement, surtout lorsque vous savez que vous avez agi de bonne foi.

Si malgré les recherches vous n’avez toujours pas trouvé, je vous suggère de préciser ce que vous avez fait comme recherche lorsque vous poserez votre question. Ce qui permettra de donner une valeur ajoutée à celle-ci et qu’elle devienne ainsi une référence pour les autres.

Règle numéro 2 : faites vos propres tests

La maîtrise de l’art de faire du savon s’apprend avec le temps et de la pratique. En fait je dirai même plus : il n’y a rien de mieux que la pratique.

Vous voulez savoir si un savon est plus doux s’il est surgraissé à 5 ou à 10 %? Faites une petite recette avec les deux scénarios.

Vous aimeriez savoir si une fragrance change la couleur de votre pâte à savon? Essayez-le.

Vous voulez être sûre qu’un savon fait avec une majorité d’huile liquide aura un temps correct de cure : pesez les savons et noter le poids à tous les jours pendant quelques semaines.

Prenez le temps de faire plusieurs recettes, d’essayer des variations, de faire différents tests. Prenez des notes et essayez de nouveau. Vous aurez ainsi des données vous permettant de répondre à vos questions. Trouvez dans votre entourage des personnes pouvant vous donner de vrais commentaires sur vos produits.

Ce point m’amène à la dernière règle :

Règle numéro 3 : après avoir pris, donnez à votre tour

Dans tous les groupes dont je suis membre, je vois passer beaucoup de questions. Personnellement, je réponds rarement. Soit parce que les administrateurs ou participants ont déjà donné d’excellentes réponses et que ma réponse n’ajouterait pas vraiment d’élément nouveau, soit que donner une réponse détaillée prendrait trop de temps.

C’est un peu pourquoi j’écris ce blogue.

Ici, je redonne au lecteur le résumé de mes recherches et de mes expériences.

L’an dernier j’ai beaucoup écrit sur la gestion de projet, en prenant l’aspect de la vente de savons dans les événements de grande envergure.

J’ai aussi écrit sur la composition des baumes à lèvres, en faisant une comparaison entre les baumes commerciaux et les baumes artisanaux.

Dans les prochains mois, j’ai l’intention de vous donner plus de détails sur les ingrédients, sur les produits cosmétiques et leur actions sur les différents types de peaux.

Déjà, en faisant le tour de quelques articles de mon blogue, vous aurez un point de départ pour apprendre à faire du savon, des trucs pour vendre vos savons dans des événements et un article vous expliquant comment choisir et bien utiliser une balance électronique.

Dans tous les cas, je vous invite à me donner vos commentaires sur mes articles et de m’écrire vos besoins d’articles soit en m’écrivant un courriel ou pourquoi pas, me laisser un message.

Un petit bonus – Règle numéro 4 : Ne demandez pas de recettes aux artisans vendant des produits

Je suis certaine que vous allez réagir en lisant cette première ligne. Ben voyons! J’ai déjà demandé des recettes moi! Il y a des recettes disponibles partout! Pourquoi ne pas les demander?

Parce que ceux et celles qui donnent leur recettes le font de bon cœur. Ces personnes ont de bonnes raisons de le faire et certaines mêmes vont le faire sans rien demander en retour. J’applaudis cette générosité et ce sens du partage.

Par contre, il ne faut pas s’attendre à tant de générosité de la part de tous, à commencer par les artisans qui gagnent leur vie à vendre des produits artisanaux. Ces personnes ont mis énormément de temps à mettre au point leur recette. Elles ont été créées pour répondre à un besoin particulier, à partir d’ingrédients qu’ils produisent eux-mêmes, ou parce que des clients ont demandé ce type de produits etc. etc.

C’est comme si vous aller dans un marché et demandez à la dame qui vends des confitures ou des moutardes de vous donner sa recette. Ou si vous allez chez St-Hubert et allez demander au chef sa recette de sauce. Je doute que vous aurez une réponse positive ou même parfois polie.

J’ajouterais qu’il peut arriver que si on vous donne une recette, ce n’est pas tout à fait celle qui est utilisée, ou qu’elle omette des informations ou ingrédients importants. On peut aussi vous donner une réponse incomplète, juste pour que vous arrêtiez de demander.

Lorsque je suis dans les marchés et que je donne les ingrédients se trouvant mes savons, je ne précise pas les pourcentages. Je veux bien expliquer la composition de mes produits, parce qu’il y a des personnes pouvant être allergiques à certains ingrédients et par souci de transparence, mais sans plus.

Et dans la communauté professionnelle de savons et fabricants de cosmétiques, c’est très mal vu de demander une recette.

Entre-temps, si vous avez le goût de me donner quelques questions, confiez-vous à moi dans les commentaires.

 

*** Cet article de blogue est en partie inspiré par un article du magazine : Making Soap numéro 75, article appelé There’s no support like soapsupport. J’ai aussi été inspirée par la Duchesse de la mousse (Duchess of suds) et son vidéo sur comment agir dans les groupes et médias sociaux sur les savons et cosmétiques. Finalement, Kenna du site Modernsoapmaking a publié au moins un ou deux articles très intéressant sur le même sujet.

Publié le

Comment faire un baume

Dans cet article, je vous donne un petit défi:

Pourquoi ne pas essayer une recette de baume?

Qu’est-ce qu’un baume?

Un baume est un produit de soin à mettre directement sur la peau.
Ce type de produit est à la base très simple à faire, économique et peut être ajusté selon vos goûts et vos besoins. Il est généralement composé de beurres et huiles solides à température pièce. On fait fondre toutes les huiles, beurres et cires en une seule fois (phase) et on moule dans le contenant de notre choix.

Pour l’utiliser, on le glisse sur la peau. Il laisse ainsi un film protecteur, aidant ainsi à l’hydrater et la protéger contre les effets du changement de température que nous vivons dans notre beau coin de pays.

Baume à lèvres

Comment fait-on un baume?

La première chose à faire est de réunir tous les ingrédients nécessaire, incluant les moules. Le moule peut être tout simplement un pot en plastique acheté dans une boutique de bricolage ou d’articles à 1$.

Pour votre premier essai, vous pouvez tout simplement tout faire fondre dans un micro-onde ou sur la cuisinière (bain-marie), en utilisant une tasse pyrex comme contenant.

Les bonnes pratiques en cosmétique exigent de désinfecter votre surface de travail et vos ‘outils’ (tasse, ustensiles, moules) avec de l’alcool à friction 70%. De plus, utiliser une bonne balance pour peser vos ingrédients et portez des gants afin d’éviter la contamination.

Quels ingrédients utiliser?

La recette de base nécessite au moins:

  • une cire (cire abeille, cire de soya);
  • un ou une huile beurre solide à température pièce (huile de coconut, beurre de karité, beurre de cacao);
  • une huile liquide (olive, canola, pépin de raisin, huile d’argan, etc.);
  • une fragrance ou une huile essentielle au choix.

Pour commencer, vous pouvez essayer avec les proportions suivantes:

  • 30% de cire
  • 25 à 30 % de beurre ou d’huile solide
  • 44 à 39 % d’huile liquide
  • 1% de fragrance ou d’huile essentielle

Ainsi, par exemple, pour une recette de 100 grammes de baume, vous pourriez utiliser:

  • 30 grammes de cire d’abeille
  • 30 grammes d’huile de coconut
  • 39 grammes d’huile d’olive
  • 1 gramme de fragrance ou d’huile essentielle.

Peser les ingrédients, faites fondre les huiles et beurre ensemble, ajouter la fragrance une fois le mélange fondu et brasser doucement. Une fois tous les ingrédients bien mélangés, mettre dans votre pot ou votre moule.

Laissez refroidir.

Ma dernière recette de mon baume réparateur, en train de refroidir. Les points au centre du pot sont normaux. C’est que le produit ne refroidit pas à la même vitesse partout dans le pot.

Bien sûr, vous pouvez ajuster les quantités d’huiles, beurres et autres ingrédients à votre goût.

Une fois le baume refroidi, vous pouvez l’utiliser immédiatement. De plus, puisque le baume ne contient pas d’eau, il n’est pas nécessaire de mettre un ingrédient supplémentaire pour conserver votre produit plus longtemps (conservateur).

Félicitations! Vous venez de faire votre premier produit cosmétique! 

Vous avez aimé ce genre d’article?

Vous avez fait votre premier baume ? Prenez une photo et montrez-moi le tout dans les commentaires.

Cet article a été transmis aux abonnés de l’infolettre mensuelle Savons Nausica en octobre 2016.

Pour avoir accès à ce type d’exclusivités abonnez-vous à l’infolettre en remplissant le formulaire dans le bas de la page.

Publié le

Apprendre à faire du savon – les outils – la balance

Cet article entre dans la catégorie des outils servant à la fabrication des savons.

Il est le premier d’une série d’articles touchant les ingrédients, les outils, les méthodes et les règles à suivre pour apprendre le métier.

Pourquoi une balance?

La première chose que l’on se doit de comprendre lorsque l’on veut faire des savons, est que nous entrons dans un domaine où la précision est de mise.

Si l’on veut  obtenir un produit de qualité, il faut suivre précisément la recette, du moins en ce qui a trait à certains ingrédients.

Ainsi, avant de faire votre première recette de savon, il faudra vous équiper de quelques outils de précision.

Si vous voulez faire du savon, le premier outil indispensable est une balance.

Car en savonnerie, vous ne pourrez pas faire un produit de qualité avec des ingrédients mesurés. Ils doivent être pesés.

Quelle est la différence entre des ingrédients pesés et mesurés?

La différence entre les deux s’explique en poids (grammes, kilogramme, onces, etc) et en volume (tasse, litre, once liquide).

Une tasse de sucre c’est une mesure en volume.

100 grammes de sucre, c’est une mesure en poids.

Plus précisément, la mesure métrique vient du fait que les poids et les mesures sont reliés. Ainsi, un centimètre cube correspond à une unité de mesure d’un gramme, lorsque l’on calcule le poids d’un centimètre cube d’eau distillée.

Ce qui signifie que ou que vous soyez sur la planète, 100 grammes sera toujours 100 grammes. Mais à cause de plusieurs facteurs, notamment par exemple le tassement, l’humidité ou le type d’ingrédient,  le produit mis dans la tasse à mesurer, même s’il correspond à une tasse, ne sera pas toujours exactement la même quantité d’une fois à l’autre.

Lorsque vous allez faire votre recette d’un produit cosmétique, que ce soit un savon ou une crème, afin de vous assurer que vous obtiendrez toujours le résultat escompté, vous devez avoir toujours les mêmes mesures de poids et ce, pour chacun de vos ingrédients.

Cet outil pourra vous être utile aussi en cuisine. Plusieurs livres de recettes vendus en Amérique du Nord ont des recettes calculés en poids. Votre balance aura une double utilité.

Quels sont les éléments indispensables dans une bonne balance?

Votre balance devra alors avoir les éléments suivants (l’étoile * identifie les éléments obligatoires) :

  • Un bouton on-off * (pour épargner la durée de vie de la batterie)
  • Un bouton pour changer d’unité de mesure * (les unités généralement disponibles sont les grammes, kilogrammes, onces et kilo et onces)
    Mesure en gramme
    Mesure en kilogramme
    Mesure en livres et en onces (moins souvent utilisée)
    Mesure en onces (les recettes américaines sont généralement pesées avec cette unité de mesure)
  • Un bouton tare * (que je vais expliquer plus bas)
  • Un bouton zéro (certaines balancent offre la tare et le zéro).

 

Si vous voulez faire des savons pour votre usage personnel, vous pouvez utiliser une balance offrant le poids en gramme et dont la plus petite unité de mesure est le gramme. À moins de vouloir éventuellement faire des lotions ou des crèmes, vous n’aurez pas vraiment besoin d’une balance avec l’unité de mesure en dixième de gramme ou en centième de gramme.

Qu’est-ce que la Tare?

Bonne question. Imaginez que votre recette demande 60 grammes d’eau.

Vous ouvrez la balance. Vous allez avoir besoin de mettre l’eau dans un récipient.

Vous mettez le récipient sur la balance… Et la mesure du poids augmente à 31!

Pas de problème vous dites, j’ai juste besoin de 60 grammes : 60 + 31 = 91!

Oui, tout à fait.

Mais si vous êtes comme moi et que vous oubliez le poids du récipient, ou que vous avez oublié de le noter parce entre-temps vous êtes allés chercher votre récipient d’eau… ou que lorsque vous versez, le téléphone sonne et vous dépassez la mesure….

Le bouton tare vous permet d’éviter les confusions artistiques ou circonstancielles.

Lorsque vous ouvrez votre balance, vous déposez votre récipient et vous pesez sur le bouton tare.

La balance revient à zéro.

Vous versez ensuite la quantité exigée dans le récipient sur la balance. Vous calculerez ainsi la quantité exacte de l’ingrédient sans avoir à tenir compte du poids du récipient.

Ce bouton vous permets aussi de retourner la balance à zéro afin de peser d’autres ingrédients dans le même récipient nécessaires à votre recette.

Je vous ai trouvé un court vidéo expliquant comment utiliser la tare sur une balance électronique. Comme vous pourrez le constater, la balance est utilisée dans d’autres domaines que la savonnerie, notamment en cuisine.

 

Où trouver une balance?

À notre époque, nous avons la chance d’avoir accès à des balances électronique de bonne précision et ce, à des prix plus qu’abordables.

La balance montré dans cet article est une balance de cuisine StarFrit, que j’ai acheté il y a quelques années en spécial chez Canadian Tire.

Lorsque vous choisissez une balance, vous devez tenir compte :

  • la capacité de la balance (le poids maximal qu’elle peut calculer);
  • la précision de celle-ci (le plus petit poids qu’elle calcule) ;
  • si elle possède un bouton de remise à zéro (tare);
  • et je vous suggère aussi de vérifier si elle peut être branchée ou si elle fonctionne avec des piles.

Si elle est à pile, il est possible qu’elle s’arrête sans avertir après un délai d’inactivité. Ce qui peut vous causer certaines surprises lors de vos occupations.

Une fois que vous vous serez procuré votre balance, je vous suggère d’essayer toutes les fonctions disponibles afin de bien maîtriser son fonctionnement avant de commencer avec votre première recette.

Une bonne balance bien entretenue pourra vous servir très longtemps. J’ai en fait la même balance depuis mes premières recettes. Comme vous pouvez le constater, elle a vécu pleins d’expériences et en porte les cicatrices.

Maintenant, elle est utilisée dans mes recettes de cuisine. Elle a énormément servie dans mes premières années de savonnerie.

 

Autres sources :

Utiliser une balance électronique de Monsieur Landry

Comment se servir d’une balance de Wikihow

Publié le

Huiles essentielles vs fragrance dans les savons

Les savons de la gamme Savons Nausica ont, pour la majorité, une odeur.  La majorité de mes clients, lorsqu’ils me visitent dans les marchés, les salons ou à Plein Art, veulent des savons avec des senteurs agréables.

Cependant, la tendance actuelle est aussi pour les savons dits “naturels”. La preuve, une journaliste de La Presse est récemment entrée en contact avec moi afin de savoir si mes savons étaient “naturels”.  Après une courte discussion et puisque mes produits n’ont pas été présentés dans un article de ce journal je me rends à l’évidence que pour certains,  mes savons n’entrent pas tout à fait dans cette catégorie. 

Il y a une raison pourquoi certains mes savons contiennent des fragrances et d’autres sont faits avec des huiles essentielles.

Dans cet article, je fais le tour technique de la question.

Voici une comparaison entre l’utilisation des huiles essentielles versus les fragrances dans la fabrication de savons artisanaux.

Huiles essentielles 

Pour :

  • Produites de façon naturelles elles sont un bon choix pour l’environnement.

Contre:

  • Effets inusités ou imprévus à l’utilisation (relaxant, calmant, etc);
  • Effet inusité possible: le corps peut développer des allergies ou intolérances certaines huiles essentielles;
  • Prix à l’achat plus élevé. Choix limité de fragrances, puisqu’il se limite à ce que la nature offre;
  • L’utilisation ou l’exposition à certaines huiles essentielles sont à éviter chez les femmes enceintes;
  • L’odeur générée par l’utilisation de l’huile essentielle ne demeure pas toujours longtemps dans les savons.    Ceci peut s’expliquer par :
    • le fait que les huiles essentielles s’évaporent lors de la cure (ou après);
    • l’huile essentielle a été altérée par la chaleur lors du processus de saponification;
    • ainsi, pour contrer cette situation, il faut utiliser des agents chimique pour que l’odeur demeure plus longtemps dans le savon. Ce qui signifie:
      • un savon moins qui n’est plus naturel;
      • un savon plus cher à fabriquer.

Exemple d’effets inusité: Les huiles essentielles d’agrumes peuvent causer de la photosensibilité, soit une sensibilité accentuée à la lumière. Après avoir utilisé le produit contenant des huiles essentielles, il faut éviter l’exposition au soleil.

Fragrances

Pour :

  • Choix varié de fragrances, permet une plus grande variété de produits;
  • Prix à l’achat moyen;
  • Les fragrances ont été formulées pour endurer la chaleur du processus de saponification et demeurer longtemps dans les savons.
  • Puisque les savons doivent être utilisés puis rincés, l’effet sur le corps ne pourra être néfaste à long terme.

Contre :

  • Les fragrances sont produites de façon industrielle et ne sont pas naturelles.
  • La composition des fragrances n’est pas connue et demeure secrète. Il est donc possible que l’utilisation de certaines fragrances ne soient idéale pour la peau et/ou l’environnement.  C’est pour ça que le pourcentage d’utilisation dans les recettes est le plus bas possible (4%, parfois moins).
  • Dans certaines fragrances, il y a des phtalates, qui sont nocives à l’utilisation sur le corps humain. Ainsi, toutes les fragrances utilisées par Savons Nausica sont sans phtalates ***.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, chacune des solutions utilisées pour obtenir des savons parfumés ont leur lot d’avantages, mais aussi d’inconvénients.

On peut penser que le savon plus ‘naturels’ réponds à un besoin, mais il faut bien comprendre que pour certains utilisateurs (les femmes enceintes ou les bébés) l’utilisation de l’huile essentielle n’est pas à conseiller.

Dans le cas de Savons Nausica, afin de permettre que la gamme de produits soit la plus diverse possible et conviennent au plus grand nombre, il existe des produits sans fragrance, notamment le Bigma, des produits parfumés aux huiles essentielles (et il y en aura d’autres nouveautés dans un avenir rapproché), des produits avec fragrance et des huiles essentielles (Tonifiant) et finalement des produits avec fragrance (sans phtalates) uniquement (savon 56, au lait de chèvres).

Finalement, lorsque les savons contiennent des fragrances, le pourcentage d’utilisation a été formulé pour être le plus bas possible, tout en permettant d’avoir une fragrance agréable et durable.

Vous en aurez ainsi pour tous les goûts dans notre boutique.

 

Dernier détail. Les fragrances sont utilisée dans la fabrication des savons et des produits devant être rincés ou dilués pour utilisation : gommage, sels de bain. Par contre, lorsque l’usage du produit demande de le laisser sur la peau (par exemple, le cologne), les huiles essentielles sont employées.

Mise à jour septembre 2017

Marie Rayna, auteur du livre “Make it up” et du site “Humblebee and me” explique, sur sa chaîne YouTube, sa vision des huiles essentielles et des fragrances. Le vidéo est en anglais seulement et d’une durée de 16 minutes.

Sources :

***Phtalates 

Article de la Société canadienne du cancer sur les phtalates.

Publication de l’INSPQ sur les phtalates.

Parfums et cosmétiques

Article du site David Suzuki.org sur les parfums.

Article du site Davide Suzuki.org sur les 12 ingrédients à éviter en cosmétique.

Autres sources à consulter :

The International fragrance association

Cosmetics info

 

Vous avez aimé cet article? Vous aimeriez en savoir plus?

Dites-moi tout dans les commentaires.