Publié par

Vendre des savons dans un événement d’envergure – septième partie, les coulisses et l’après événement

Dans ce dernier d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, mais toujours en lien avec le cœur du message.

Septième partie, les coulisses

En coulisse d’un événement de ce genre, il se passe des anecdotes, mais aussi des moments inattendus. Lorsque l’on investi temps, argent et sa passion dans quelque chose d’aussi exigeant que la préparation d’un événement d’envergure, pour soi, il va certainement se passer des choses positives et parfois oui négatives.

Dans cet article je vais essayer de vous résumer un peu toutes ces journées, de mon point de vue et après avoir pris un peu de recul.

Est-ce que ça valait la peine?

Tout de go, je dirai oui. Pour les deux années.

En repensant à toute l’expérience acquise et aux belles rencontres faites, tant du côté des clients que des autres artisans. Il y a eu des moments de pur bonheur. Imaginez: c’est l’été, à Québec, sous une tente, et j’offre aux gens le résultat de ma passion. Comment ne pas être heureux!

Ce sont ces moments de bonheur, composé d’un mélange de fierté et d’accomplissement, qui demeurent à l’intérieur de soi pendant des mois voir des années. Ces moments pèsent très lourd dans ma balance.

Par contre, si on regarde du côté financier, ma première participation à cet événement ne m’a permis aucun profit.
Ma deuxième participation elle, fut encore moins profitable.

Conclusion: en regardant seulement d’un point de vue monétaire, cet événement particulier n’a pas valu la peine à court terme.
Pour le moyen terme, je suis encore à évaluer.

Comment ça s’est passé sur les médias sociaux?

Je dirai plutôt tiède. Pour un événement de cette ampleur, il y avait peu voir pas de médias sociaux de présents à la première édition. Ou s’il y en avait, la couverture des artisans n’était pas uniforme ou structurée. Ce n’est pas le fer de lance des organisateurs.

À cet effet, après ma première participation, j’ai transmis au comité organisateur une lettre de commentaires concernant plusieurs sujets, notamment justement les médias sociaux.

Et la deuxième année?

De toute évidence, les côtés négatifs n’ont pas été aussi lourds que les côtés positifs.

J’ai voulu recommencer une deuxième année, afin de vivre pleinement chacun des moments. Toutes les étapes énumérées dans tous ces articles, je voulais les vivre complètement, en y retirant tout ce qui était possible de vivre.

C’est comme ça que l’on améliore un processus. En bonus, j’ai eu le temps d’en profiter avant et d’exercer ma patience dans l’expectative d’un autre été sous une tente.

La tente, quelques jours avant la mise en place.
La même tente, vue de l’extérieur. L’attente.

Grosse différence par contre pour la deuxième année: il y avait deux événements prenant place en même temps. J’ai du laisser à d’autres le soin de s’occuper du kiosque. Une fois le choc passé, il faut agir, trouver des solutions. Le plus difficile, c’est l’organisation. Une fois que l’engrenage est parti, tout va pour le mieux. Il faut se faire confiance et prendre le plus vite possible les mesures nécessaires combler les vides. La deuxième année, j’ai appris qu’il n’y a rien d’impossible.

Autre leçon apprise: il y aura toujours des gens généreux et enthousiastes pour aider.

Apprendre à vivre sous le climat

Aux Fêtes de la Nouvelle-France, j’ai vécu la vie dans un four. Il faisait dans mon échoppe cuisant sous le soleil, au moins 40 degrés (Celsius). J’ai sué tout ce que j’avais de fluide à l’intérieur de mon corps. Imaginez: en costume d’époque, dans une échoppe au gros soleil du mois d’août.

L’été, à Québec, vue de mon échoppe.

Cette expérience m’a rendue plus forte. Une journée au marché par la suite n’était pas si difficile.

Le plus drôle, c’est que j’écris ces lignes en plein mois de janvier et je m’ennuie de ces magnifiques journées de soleil, de chaleur et de bonheur. Moi qui a été longtemps bénévole pour le Carnaval de Québec, qui bat son plein durant les semaines les plus froides de l’année, j’ai hâte à l’été!

La rue Marchande des Fêtes de la Nouvelle-France, été 2016

L’après événement ou l’envers de la médaille

Longtemps je me suis demandé si je rendrai publique cette situation, vécue lors de ma deuxième année d’exposition. J’écris ces lignes en ayant pris soin de prendre du recul, de bien analyser la situation et de la relater avec le plus d’objectivité possible.

Cette deuxième année, il y a eu une situation plus difficile à vivre, comme par exemple le fait que le comité organisateur de l’événement n’a pas jugé bon de m’informer que ma principale concurrente serait dorénavant dans la même tente que moi. Lors du tirage au sort, j’ai été informé que nous serions 3 savonnières, chacune dans notre tente. Puisque j’ai choisie la dernière, j’ai pris l’emplacement qui restait, puisque les deux autres savonnières avaient choisies avant moi. J’ai choisi une grande tente et un emplacement correspondant à l’endroit le plus stratégique pour moi, au meilleur de ma connaissance et avec l’aider de la personne responsable de l’assignation des emplacements.

Au risque de me répéter, lorsque vous vous investissez pratiquement corps et âme dans votre entreprise, c’est parce que vous voulez réussir. Bien évidemment, il y en a d’autres dans votre domaine qui veulent la même chose. Eux aussi veulent réussir. Et parfois, des gens veulent tellement réussir que la SEULE façon de le faire à leur yeux, c’est en écrasant ceux qui se trouvent sur leur chemin.

L’autre savonnière, a donc demandé de changer de place au comité organisateur. Elle a demandé ce qu’elle voulait et c’est tout à son honneur. D’un autre côté, l’organisation se doit d’être juste pour tout le monde. Ils n’ont pas cru bon de m’informer du changement de place de cette compétitrice. Ils ne m’ont pas ni transmis de courriel, ni appelé, ni transmis l’information d’aucune façon possible. Ils ont préféré laisser faire.

Avoir connu cette situation, j’aurai demandé de savoir quelles étaient mes options. Je n’ai jamais eu cette possibilité.

Ainsi, à mes yeux, ce comité organisateur a manqué à son devoir. De plus, et ce détail est important, les produits offerts par cette compétitrice NE SONT PAS CONFORMES aux lois fédérales en ce qui concerne la vente de cosmétiques. Le comité organisateur connait les lois et doit s’y soumettre. Ce ne fut pas le cas.  À mes yeux, ce comité organisateur encourage la médiocrité. Ce comité avait le temps et la possibilité de bien faire les choses et non, ils ont décidé de ne rien faire, pire, de fermer les yeux.  Ce comité organisateur mérite de savoir ce que j’ai vécu, et moi, je me dois de leur faire savoir MES faits, et les impacts aux multiples niveaux (monétaire, motivation, sensation d’injustice, etc.) que leur immobilisme et leur médiocrité a eu sur MON travail et sur celui de tous ceux qui ont bien voulus m’aider.

Finalement, comme vous pouvez vous en douter, par leur immobilisme ce comité organisateur m’a fait vivre une expérience teintée d’un arrière-goût amer.

Ce que je ne me suis pas gênée de leur dire, d’abord face à face et ensuite par courriel.  Dans ce courriel, j’ai remercié le comité organisateur de m’avoir donné tout ce qu’il me fallait pour prendre la bonne décision pour moi, c’est à dire, de ne pas y retourner pour une troisième édition.

Ce même comité organisateur n’a pas jugé bon de me répondre.

Conclusion

J’ai mis énormément d’heures à la préparation de ces événements. Comme tout artisan. Je l’ai fait parce que je me suis donné le défi de le faire et d’en profiter. Je voulais partager ma passion et me faire connaitre. J’ai investi mon propre argent dans l’histoire. Je suis capable de financer ma compagnie par le travail que j’effectue au gouvernement du Québec.

Je m’attendais à être traitée de façon juste et équitable par une équipe professionnelle. Ce ne fut pas le cas. Lorsque j’ai demandé des explications, j’ai eu de plates excuses, en plus de me faire dire que j’étais émotive. Une fois l’événement terminé, j’ai pris la peine de leur transmettre tous les faits par écrit et je n’ai pas eu de réponse.

Vous comprendrez que ce ne fut pas agréable. Ni pour moi, ni pour mon entourage, ni parfois, pour les clients. J’en profite ici pour m’excuser sincèrement. Cette expérience a été difficile pour moi et je fais amende honorable de mon comportement durant cette période.

Les leçons apprises

Si vous avez une entreprise et que vous vivez des moments difficiles, sachez que vous n’êtes pas seuls. Vous donnez tout ce que vous pouvez dans quelque chose que vous croyez. Vous jouez selon les règles, vous foncez avec tout ce qui est fort en vous.

Et parfois, vous tombez.

Oui, ça arrive. La vie nous rentre dedans.

https://quotescover.com/life-is-what/app/high-resolution-image

Et ça fait mal. Très mal. Tellement mal que c’est difficile de respirer. C’est difficile de reconnaître que la beauté existe autour de soi. C’est difficile de croire que cette sensation de vertige passera un jour. C’est difficile de même croire que la justice existe encore. C’est difficile de croire que l’on peut réussir si on fait les choses de la bonne façon.

On a même le goût de ne plus jouer selon les règles. On a le goût de foncer dans tout ce qui bouge et de nous aussi, devenir médiocre. De toute façon, ils réussissent parce qu’ils le sont! Pourquoi devrais-je me forcer à suivre les règles si je veux réussir?

Il arrive même, que l’on a plus le goût de jouer DU TOUT.

Ça fait mal à ce point.

C’est dans ce temps-là que votre entourage est votre bien le plus précieux. Si vous avez autour de vous des gens qui vous écoutent, des gens qui vous écoutent et vous comprennent, des gens qui vous écoutent vous comprennent et vous aident à vous en sortir, non seulement vous devez les remercier d’être là et de leur rappeler souvent, mais en plus, vous avez tout ce qu’il vous faut pour trouver la force de recommencer.

Car si vous souffrez autant c’est parce que avez cru en quelque chose. Vous avez décidé d’agir. Vous avez échoué, certes, mais parce que vous avez essayé.

Et parce que vous avez déjà essayé, il y a à quelque part en vous, la force de recommencer. Il y a quelque part en vous, la force d’avancer. Un pas à la fois certes, mais un pas tout de même.

Et cette fois-ci, vous serez plus sage. Cette fois-ci, vous poserez des questions. Beaucoup de questions.

Cette fois-ci, vous prendrez les bonnes décisions.

Ce que cette expérience m’a donné, c’est le goût de continuer, mais en étant beaucoup plus avisée. Plus prudente. Plus forte.

Lorsque ces deux événements se sont terminés, j’étais à la fois heureuse d’avoir accomplie le défi, amère de l’injustice et complètement sonnée d’avoir eu en moi la force d’être passée au travers.

La preuve:

Photo prise à la quatrième journée de mes vacances. Je suis encore sous le choc.

En écrivant ces lignes, je me dis que vous vous demandez probablement: Pourquoi j’ai fait une série d’articles sur la vente de savons dans un événement d’envergure, si je viens de vous dire que je n’y retournerai plus?

Je vous réponds donc : Excellente question!

En fait, j’ai écrit tous ces articles parce que j’aime écrire. Probablement autant que j’aime faire des savons. J’aime aussi transmettre mes connaissances et donner des conseils et parfois aussi mon opinion.

Mais j’ai aussi écrit ces articles parce que j’aime expliquer en prenant les savons comme point focal ce qui est d’abord et avant tout une histoire de gestion de projet. Une autre de mes passions.

Et parce que cette expérience, autant l’endroit que l’envers de la médaille, mérite d’être racontée. J’ai apprécié les vivre.

Ce n’est pas parce que je considère avoir  été traitée injustement que je vais arrêter de faire ce que je fais.

Je sais aussi que cette expérience, autant l’endroit que l’envers, pourra servir un jour.

Si c’est le cas, si vous avez donné autant et avez été traité injustement n’oubliez pas:

Vous avez accompli quelque chose. Ne laissez personne vous empêcher d’être fier d’avoir partagé votre passion au plus grand nombre de personnes possible. Bravo pour ce que vous avez fait.

D’un autre côté, si vous avez donné autant et vous avez vécu une super expérience, pleine de rebondissements amusants et motivant;
Bravo pour ce que vous avez fait.

===

Cet article termine la série d’articles sur Vendre des savons dans un événement d’envergure.

J’espère que vous avez aimé cette série autant que j’ai eu du plaisir à l’écrire.

Vous avez des suggestions d’articles, vous voulez en savoir plus sur un aspect en particulier?

Si c’est le cas, confiez-vous à moi dans la section des commentaires. 😉

Publié par

Mon savon guérit!

Cet article entre dans la catégorie  cosméto et se veut un article d’information permettant de vous aider à mieux naviguer dans le monde de la cosmétique.

Je l’avoue, j’ai mis un titre plus sensationnel, question de vous attirer ici. Non, il ne s’agit pas ici de ce que je veux vous dire au sujet de mes savons. En fait, j’aimerai plutôt vous partager ce que j’ai trouvé au sujet de certaines affirmations que j’ai personnellement entendu depuis que la fabrication de savons artisanaux a envahi ma vie.

S’il vous arrive de vous promener dans les marchés publics, vous trouverez certainement des produits cosmétiques. Ceux-ci sont parfois sans étiquettes ou il n’y a que très peu d’informations. Par contre, la personne dans le kiosque vous dira: C’est un savon/crème qui guérit !

Il arrive même que certains sites de produits cosmétiques utilisent des termes comme :

“ce produit est magique” “ce produit guérit la peau”, “réduit les démangeaisons”, vous trouverez même des phrases du genre: ” ce produit a été mis au point pour guérir l’eczéma de mon enfant et maintenant il est disponible pour vous! ”

Vous vous dites: Quelle chance! Je vais enfin me débarrassez de mon problème!

Sincèrement, je doute que ça soit le cas.

En fait, dans un premier temps, il est pratiquement impossible qu’un produit constitué uniquement d’une ou plusieurs huiles vont guérir quoi que ce soit utilisés seuls. Si c’était vraiment le cas, il y aurait beaucoup plus de ce type de produits que de médicaments n’est-ce pas?

De plus, ce type d’affirmation EST ILLÉGALE.

Qu’est-ce que ça veut dire?

Selon Santé Canada, il est interdit d’attribuer une propriété médicamenteuse à un produit cosmétique. Si un producteur fait ce genre d’affirmation, il doit enregistrer le produit comme un médicament ET obtenir une licence de Santé Canada.

Oui, les produits ne contenant pratiquement rien d’autres que des beurres et des huiles peuvent faire une énorme différence sur la peau. Une personne avec la peau fragile verra vraiment la différence en utilisant des savons et produits cosmétiques contenant le moins d’ingrédients possible.

Nous, fabriquants de cosmétiques, n’avons pas le droit de dire que nos produits guérissent quoi que ce soit. Pour faire cette affirmation, verbalement ou par écrit, il faut avoir des preuves reconnues par Santé Canada de cette affirmation. Généralement, vous trouverez un certificat d’attestation de ce FAIT. Vous pouvez même le demander.

Ainsi, l’information est la meilleure des armes. À cet effet, je vous suggère de vous informer sur les ingrédients ayant servis à la création des produits cosmétiques que vous aimeriez utiliser.

Pour vous aider: il existe de très bons sites vous donnant des informations scientifiques et basés sur des recherches sérieuses.

En voici quelques-uns en français:

Et finalement, qui de mieux que le sympathique et talentueux Pharmachien et son article sur les produits naturels pour expliquer de façon imagée, détaillée et sans équivoque le message suivant:

Si la personne devant vous n’utilise que des termes chocs comme :  “ca va vous guérir”! ou “contient des ingrédients naturels” MAIS ne vous permets jamais de voir cette fameuse liste des ingrédients en omettant de la rendre disponible… Ecore mieux, si cette personne ne prends pas la peine de répondre à vos questions ou de vous donner des explications dans un langage que vous comprenez, n’achetez pas le produit.

Si les réponses ne vous conviennent pas ou sont vagues et semblent exagérées, tournez les talons et quittez.

Prenez le temps de vous informez et posez des questions (notamment en allant lire les articles de référence dans le bas de l’article sur les produits naturels du Pharmachien).

Oh et dernière lecture trouvée sur le site de Santé Canada : Votre santé et vous, les produits de santé naturels altérés. Dans l’article on y trouve la phrase suivante:

certains produits commercialisés ou présentés comme naturels ont été adultérés et contiennent des substances non indiquées sur l’étiquette“.

De quoi donner froid dans le dos.

Vous n’êtes pas d’accord avec le contenu de cet article? Ou il vous est arrivé d’acheter un produit cosmétique qui n’avait pas d’étiquettes?

N’hésitez plus et confiez-vous à moi dans les commentaires.

Bonus! Je vous mets le lien vers le centre de documentation des normes canadiennes de publicité. Bonne lecture!

 

Publié par

Vendre des savons dans un événement d’envergure – sixième partie, le démontage

Dans ce sixième d’une série de 7 articles, je vous raconte mon expérience de vente de savons à l’édition 2015 et 2016 d’un événement d’envergure (12 jours sous un grand chapiteau partagé avec 150 autres artistes et artisans de la province) sous plusieurs aspects. J’ajoute parfois des anecdotes ou photos provenant d’autres événements, mais toujours en lien avec le coeur du message.

Sixième partie, le démontage

Puisque l’événement a une durée limitée dans le temps, il est facile de bien se préparer pour le démontage et le départ.

Quelques conseils pour les derniers jours de l’événement

Les quelques jours avant, ramenez ce qui n’est plus nécessaire ou ce qui existe déjà en double. Relisez attentivement les feuillets d’instructions des organisateurs et au besoin, posez des questions aux personnes concernées. Ne prenez pas la chance d’attendre la veille, il sera peut-être trop tard. Entrez en contact avec les personnes pouvant vous aider à démonter et/ou transporter vos choses. Rappelez-leur l’endroit, la date et l’heure.

La veille

Ramenez tout ce que vous pourrez vous passer pendant la dernière journée de vente. Par exemple, la glacière, les excédents de sacs d’emballage, les rallonges, la paperasse, les documents d’explication, la deuxième boite de cartes d’affaires et j’en passe.

Le jour même

Avant de retourner pour le dernier jour, ayez en main les boites servant à ramener les produits restant. C’est le temps de ressortir le chariot de transport et le dévidoir à papier collant pour les boites. Des crayons marqueurs et étiquettes autocollantes seront aussi très utiles. Ajoutez à votre liste des sacs de plastiques ou des sacs rigides en plastiques. Ils peuvent s’avérer plus simple d’y mettre les autres petites choses que les produits et que vous pourrez trier plus tard.

Dans la majorité des cas, il est interdit de commencer à démonter avant que l’événement ai pris fin.

Pour ma part, je me fais un plan et je l’exécute lentement mais sûrement: rassembler ensemble tous les savons de même sortes, commencer à remplir les sacs des autres objets ne servant plus (calculatrice, nourriture, etc.), nettoyer les étagères, enlever une à une les petites lampes… Restez discret et présent.

Finalement, la dernière heure arrive, et se passe.

A l’heure, le haut parleur annonce à tous la fin et c’est la tournée d’applaudissement. Pour ma part, je ressens du soulagement et un intense sentiment du devoir accompli qui prend place. Le soulagement m’envahit parce qu’après des mois parfois sans arrêt de labeur, ce sera bientôt les vacances.

Ainsi, vient le démontage

Je vous souhaite d’avoir le plus d’aide possible. N’hésitez pas à en demander. Vous avez tenu à bout de bras pendant toutes ces journées votre rêve et votre entreprise, il est difficile de savoir si vous serez capable de bien gérer sans heurts ou terminer harmonieusement cette étape importante.

Entourez-vous d’aide, peu importe qu’ils soient enthousiaste… ou pas. (et qu’ils aient besoin d’une coupe de cheveux 😉

Si vous êtes plusieurs et que vous pouvez déléguer, faites-le. Si ce n’est pas possible, tant que tout se trouve à un endroit central, ou vous pouvez tout avoir à l’oeil, rien ne sers de s’en faire. Gardez le sourire.

Viennent ensuite les meubles. Fixez bien tout ce qui peut se déplacer et couvrez ce qui est fragile. Attention aux coins et aux surfaces pouvant être égratignées.

 Dernier tour du kiosque, vérifiez que ce que vous amenez est bien à vous et ce que vous laissez est bien à laisser.

Faites vous même ce dernier tour. Si vous avez tout planifié, suivi et géré, le dernier tour de vérification vous reviens de droit.

Dernières vérifications avant le départ.

Ensuite, montez le tout dans votre véhicule et repartez, avec le sentiment d’avoir accompli quelque chose de grandiose.

 

C’est maintenant le temps de prendre des vacances. Tiens donc quelle chance, j’ai justement le savon pour ça!

Le prochain et dernier article traitera des coulisses et de l’après événement.

 

Publié par

Histoire d’origine du Savon pour hommes

Nous sommes présentement inondés de super-héros. Il y en a partout : dans les salles de cinéma, dans la rue en costume à l’Halloween, dans les publicités, et j’en passe.

Présentement, Marvel et DC nous offrent, en plus de Disney, un énorme choix d’histoires à grand déploiement basées sur des bandes dessinées. Certains des films récemment sortis sont basés sur des histoires publiées depuis des décennies!

Vous connaissez mon amour pour Netflix et les séries télé. Mes histoires préférés sont généralement ce qui s’appelle une ‘origin story’ soit en français “une histoire d’origine” ou plus spécifiquement: comment un super héros ou un personnage de bande dessinée en est venu à être ce qu’il est. Les débuts de l’histoire.

Et parmi mes histoires d’origine préférées, je nommerai le premier livre (ou le premier film) de la série Harry Potter. À chaque visionnement j’en ai les larmes aux yeux lorsque je le vois arriver au château Poudlard pour la première fois ou caresser son hibou Hedwig avec son regard illuminé de bonheur.

Bref pour rester dans le ton des histoires d’origine, je vous raconte aujourd’hui  celle d’un de mes savons parmi mes préférés de ma gamme et j’ai nommé :

Le savon pour Hommes

Pour expliquer son histoire, il faut décrire la fragrance. Au début, ce sont les arômes d’agrumes qui vous interpellent. Ensuite, quelques petites notes florales vous font sourire.  Finalement, c’est le bamboo qui vient chercher en vous les journées de soleil et les ramènent à votre souvenir immédiat.

C’est une fragrance extraordinaire.

Elle m’a fait réagir dans mes premiers temps de savonnière. J’étais chez une amie savonnière. Dans son armoire, plein de magnifiques fragrances. Cette amie a été assez patiente et généreuse pour me laisser les tester une à une. Je me revoie encore dans son atelier à la lumière tamisée, ouvrir les bouteilles une à une… Tiens, une fragrance de fleur, tiens, une fragrance poivrée, tiens, une fragrance gourmande….

Finalement, j’ouvre la bouteille qui allait transporter mes sens… Immédiatement, un sourire. Mon nez a interprété cette fragrance et a amené mon cerveau dans un autre lieu, rempli de soleil et de visages souriants. Autour de moi, que du bonheur. C’est presque si les oiseaux ne se sont pas mis à siffler une chanson joyeuse comme dans les comédies musicales ou les premiers longs métrages de Disney.

Je venais de trouver MA fragrance fétiche.

Aussitôt que j’ai pu me la procurer en bonne quantité, via une commande de groupe du forum dont j’étais la participante (j’y allais à tous les jours à cette époque) j’ai fait ma première recette de savon dans la fin de semaine qui a suivie.

Essayer une nouvelle fragrance lorsque l’on fait du savon, peut être toute une aventure. Ces produits donnent parfois de drôles de résultats. Votre pâte peut figer, ou devenir comme du riz ou tout simplement demeurer lisse et n’atteindre la trace qu’après bien du temps de brassage… Mais pas avec cette fragrance.  Une fois dans la pâte, aucuns problèmes!  C’était une autre anecdote pour mon histoire d’amour!

J’aimais tellement ce savon que c’était le seul que j’utilisais. Pendant des mois. Je l’ai donné en cadeau à ma famille. Je l’ai même donné comme pourboire à deux livreurs assez baraqués venus me porter mon nouveau réfrigérateur… Je n’ai jamais d’argent comptant sur moi alors pourquoi ne pas leur faire cadeau d’un de mes savons préféré !

Le temps s’écoule. Au fur et à mesure de mes recherches sur la fabrication des savons, j’ai appris que l’avoine colloïdal rendait le savon encore plus doux. L’avoine ayant la propriété d’apaiser les peaux sensibles. Je n’ai fait ni une ni deux et j’ai essayé ce principe avec ma pâte à savon et fragrance préférée.

C’était le détail qui manquait. Ce savon est devenu parfait.

Au printemps suivant, je l’ai aussi offert comme cadeau de remerciement à un de mes voisins qui venait déneiger mon entrée l’hiver. J’étais célibataire à l’époque et je venais d’acheter ma maison. Pour un montant raisonnable, ce monsieur venait tous les matins ou c’était nécessaire déneiger mon entrée. J’allais travailler en auto et ce généreux monsieur m’a permis d’arriver au bureau sans trop d’efforts durant des années! Je devais quand même pelleter mon entrée de porte, ce qui nécessitait des fois quelques heures, mais je n’ai pas eu la malchance de rester prise dans mon entrée pendant tous ces hivers grâce à ce bon voisin.

Entre-temps, une de mes amies en visite s’est mise à tester les fragrances de ma gamme de savons. J’avais hâte d’avoir son opinion sur tous les savons, mais j’essayais de ne pas trop loucher en direction de mon préféré… Finalement, elle arrive sur celui-ci, se met à le sentir… Soudainement elle s’exclame: “Wow! Il sent bon celui-là! C’est ton savon pour homme?” Il a une belle petite fragrance de musc, ça doit sentir bon sur ces messieurs..

Le reste est au ralenti dans ma mémoire. J’étais bouche buée. Un savon pour homme! Pourquoi ???

Je l’utilisais pour moi ce savon!

Est-ce que pendant tout ce temps je me lavais avec un savon à la fragrance masculine?

J’étais gênée!

Ok ce n’est pas tout à fait ça mais imaginez que je sois gênée…

L’idée évidemment, ne s’est pas arrêtée là.

Quelques mois plus tard, je me suis mise à fréquenter un grand monsieur blond. Un grand blond aux yeux bleus à la peau pleine de taches de rousseur. Dès nos premières fréquentations, je lui ai dit que je faisais des savons. Que c’était une passion et que j’adorais en faire. Bien évidemment, je lui en ai fait tester plusieurs. Devinez lequel fut son préféré? Au fil du temps, j’ai compris que ce beau blond (devenu maintenant mon conjoint) avait une peau plus que fragile. L’avoine dans le savon apaisait sa peau, qui ne tiraillait plus après la douche et ce, même en hiver! (ce sont ses commentaires en passant… 😉

Malgré tout ça, malgré tous ces indices, je ne voulais pas que ce savon soit connu comme un savon pour hommes. Non!

Pas ma fragrance préférée!

Finalement, c’est lorsque mon “déneigeur” est venu cogner à ma porte au mois de juillet pour me demander s’il me restait des savons à l’avoine que j’ai compris.

De toute évidence, il me fallait lâcher prise. Mon premier savon de la gamme pour hommes venait de naitre.

Quelques mois plus tard, lorsque nous avons fait la première version du logo et des étiquettes, il a été officiellement baptisé devant témoins.

Il porte fièrement son nom dans tous les marchés et les salons.

En plus d’être parfait une fois prêt, il a toutes les qualités lors de sa conception; Il se fait rapidement, il embaume l’atelier à chaque fois, il se rend à la trace rapidement, il se moule et se démoule facilement… Il se coupe presque tout seul… Il est charmant.

Tellement charmant qu’il a vécu quelques aventures depuis.

Il fut un des savons livré à la boutique Baltazar.

 

Savon pour hommes à l'avoine colloïdal
Le savon pour hommes, version 2014

Il a été parmi les produits présentés à Toronto à l’événement Rockit Promo Holiday en 2016. Des exemplaires du Savon pour hommes trônaient fièrement à côté d’autres produits pour hommes mis en valeur.

Il a eu droit à sa propre séance de photo officielle pour l’occasion :

Le photographe officiel Serge Pilon en pleine séance photo!
Le savon pour hommes dans toute sa splendeur…

Et son aventure se poursuit.

Je vous invite à venir vous remplir les narines de cette fragrance ne laissant personne indifférent lors de ma prochaine sortie.

Demandez-le par son nom et je vous le présenterai personnellement!

Ou mieux encore, procurez-vous votre exemplaire en passant une commande 😉

Le Savon pour hommes, dans sa version la plus récente 😉

====

Vous avez aimé cet article? Vous aimeriez en avoir d’autres du même genre?

Confiez-vous à moi dans les commentaires…

Publié par

Avis de recherche

Durant les dernières semaines, les idées de recettes pour de nouveaux produits se sont bousculées dans ma tête.

J’ai enfin eu le temps de confectionner des nouveautés. Certaines attendaient d’être créées, d’autres sont arrivées spontanément durant une ou deux séances de travail dans mon atelier.

Par contre, avant de mettre ces produits sur le marché, j’ai besoin de le faire essayer par des enthousiaste humains.

Je recherche donc des volontaires afin de tester mes nouveaux produits dans le prochain mois et qui sait? Peut-être tout au long des mois qui viendront.

Quels sont les avantages?

Vous recevrez dans le confort de votre foyer de nouveaux produits conçus pour prendre soin de vous et des vôtres.

Vous aurez droit à des produits uniques, car il arrive parfois que les produits ne se rendent pas sur les tablettes.

De plus, lorsque je remplis la boite de toutes ces belles choses, il m’arrive aussi de glisser un petit produit de plus, juste pour dire merci.

Qu’est-ce que ça veut dire concrètement?

Vous aller recevoir chez vous, sans frais une boite marquée du logo de Savons Nausica. À l’intérieur de la boite, vous aller trouver des échantillons de produits à essayer. Ces produits seront étiquetés et accompagnés d’une feuille d’informations vous expliquant quels sont les produits reçus et comment les utiliser.

Que dois-je faire en échange?

Pour chaque produit reçu, vous vous engagez à répondre à un questionnaire de maximum 10 questions.

Le plus beau là-dedans? Vous n’aurez pas besoin de papier ni d’enveloppe, ni même de timbres!

Vous remplissez le formulaire directement en ligne.

Je suis intéressé! Comment m’inscrire?

Tout simplement en me retournant un courriel à l’adresse suivante: info@savonsnausica.com.Vous m’indiquez votre nom et votre adresse postale.

Je veux bien tester les produits, mais est-ce que ça veut dire que je dois acheter quelque chose?

Quelle excellente question!
J’espère que vous êtes intéressé à acheter mes produits. Mais le but ici, est de trouver des personnes intéressés à essayer des échantillons de produits.
Vous recevez la boîte, vous testez les produits et vous répondez à un court questionnaire pour chacun des produits essayé.
C’est tout. Pas d’achat, juste une boîte d’échantillons de produits à tester et votre opinion à donner en ligne.
Vous avez ma parole que vos renseignements personnels ne seront jamais partagés avec d’autres.
En vous portant volontaire, vous vous engagez uniquement à remplir un questionnaire par produit dans un temps limité, mais raisonnable.

Que se passe-t-il si je n’aime pas le produit?

Je souhaite que ça n’arrive pas. Mais, entre nous, il est fort probable que vous n’aimiez pas tous les produits. Et c’est normal.

Vous devrez quand même remplir le formulaire et m’indiquer pourquoi vous n’aimez pas le produit. Le tout, en me donnant le plus de détails possible.

Ces informations me seront très utile et aideront à prendre des décisions importantes quant à la vie possible du produit.

Je connais quelqu’un qui pourrait être intéressé! Qu’est-ce que je fais?

Transmettez à cette personne l’adresse de courriel : info@savonsnausica.com ainsi que le lien vers cet article de blogue. Et acceptez mes remerciements pour la belle référence!

Ma mascotte et moi, vous remercions pour votre aide!

Dernier détail:  les abonnés à l’infolettre de Savons Nausica ont reçu cette offre avant que cet article soit publié. Certains font dès maintenant parti de la liste de testeurs de produits.

Vous aimeriez savoir avant tout le monde les nouveautés et qui sait, recevoir des escomptes de Savons Nausica? Abonnez-vous à l’infolettre!