Publié par

De l’eau d’érable dans votre bain!

Pour mon père, l’arrivée du printemps a toujours eu une saveur particulière, celle de l’érable. Plutôt que de prendre des vacances et s’envoler vers le sud, chaque année, ce passionné d’acériculture, prenait le chemin de la cabane. Il est devenu au fil des années un fin connaisseur de tout ce qui concerne la fabrication du sirop.

En premier plan, mon père. Au deuxième plan, la relève?
En premier plan, mon père, en train d’attacher une tubulure. Au deuxième plan, la relève qui observe…

Après avoir conseillé des amis acériculteurs pendant plusieurs années, il a finalement fait le saut et fait l’acquisition d’une toute petite érablière dont il prend soin avec sagesse et amour. Sa cure de jouvence, mon père l’a trouvé dans le sirop !

Pour moi, sa première récolte, fût une redécouverte. Un sirop ambré et goûteux, riche de tout le savoir paternel.

Cette année, j’ai donc décidé de fusionner nos passions à mon père et moi. Et c’est à partir de l’eau d’érable si précieuse de mon père que j’ai créé le savon de La Cabane. Espérons qu’il vous plaira.

Bon temps des sucres !

Publié par

Hello the world

Depuis le dernier semestre, je suis passé de: ‘ne pas faire de savons’  à en faire 20 kilos. J’ai essayé des méthodes de marbrages (il y en a plusieurs), j’ai passé toutes les huiles liquides qui restaient dans mes armoires (enfin), j’ai essayé une recette avec du lard acheté chez mon boucher (une étape permettant de  me rapprocher des méthodes traditionnelles; et mon boucher est content de vider un peu son congélateur).

Il me reste encore beaucoup de défis à relever (faire moi-même ma soude, calculer la soude d’une recette sans utiliser de logiciel,  confectionner un savon liquide (et le réussir), refaire du savon crème. Mais, un défi que je me suis donné aussi, est de vendre ma production. Je suis en train de regarder les plate-formes de vente en ligne.

savons2012-3
Marbrage sur le dessus du savon

Bien sûr, la première qui vient à l’idée est Ebay. Ebay est intéressant parce que tout le monde connait ce site. Par contre il y a un montant à payer si on ajoute un produit à l’inventaire, un montant à payer par transaction et un montant de base par mois.  Pas intéressant du tout. 

Pourquoi vendre? La réponse est simple: j’aime faire des savons. J’aime tellement faire des savons que j’en fait en lot. Des petits pour tester une recette ou une technique, des moyens pour essayer un nouveau moule et des gros pour apprendre à faire de grosses quantité, pour le défi. J’en ai tellement faits depuis janvier 2012 que la seule façon de continuer est de vendre mon inventaire. Mes armoires sont pleines! 

savons2012-1
Deux couleurs à l’intérieur et sur le dessus.


En plus, l’expérience de vente en ligne, combinée avec le suivi statistiques et les outils  de référencement  font parti des connaissances que je dois acquérir  pour mon travail. Comme ce blog, c’est aussi un laboratoire. 

Donc, pour le moment, je regarde plus une plateforme de vente qui ne demande pas de frais par mois, parce que je ne suis pas sûre de pouvoir assurer une vente qui payerait mes frais mensuels. Je regarde en ce moment pour une solution qui semble offrir cette possibilité. 

J’ai hâte de voir la suite. En attendant, j’ai fait un premier pas en me prenant un nom de domaine cette semaine. C’est déjà un bel apprentissage. La suite bientôt! Je m’en vais lire des petites lignes de contrat ;)